faut bien commencer quelque part

Quelle drôle d'idée. Un Blog. Bien.
après tout écrire à mes envies, à mes amis, au monde entier...
du moment que je me vide les entrailles, à coup de mots marteaux, prendra qui voudra, moi à poil et vous comme bon vous semble. exhibition mégalomane, dépravation vertueuse.
enfin vertueuse, tout dépends d'où on la place sa vertu.
pas prude pour un sous je me sens bien impudique à exposer sans vergogne mes déblaturations à la face du web. mante religieuse, pas araignée. croquer pas faire prisonnier, chacun son truc mais se faire caméléon et aller là où ne s'attend pas s'y retrouver pourquoi pas...
c'est pas bien clair tout ça? comprendra qui pourra, mais n'allez pas croire, y a pas d'arnaque pas de mystère, au plus une jonglerie bancale, des fois de la vérité subjective en coup de poing dans les gencives, des fois des navets au miel, dégoulinant d'émotions gluantes.
hummmm, bon ap' à ceux que ça tente!

mercredi 16 juin 2010

bref



Un peu à la ramasse, pas trop rassemblée. Assemblée générale, causons les enfants, demain le soleil est prévu sur terre. Bonne nouvelle.
Nouvellement j'ai feuilleté des trucs et des machins et fricoté avec le genre humain. Ma foi, ça vaut le coup d'œil.
Pas besoin d'écran plat/images 3D dehors ça fourmille pas mal, la bande son est pas dégeu, la palette de couleur assez complète. Et puis dehors quand il pleut on est vraiment mouillé. C'est pas toujours super mais ça fait pousser les tomates.
Bref.
On peut en dire des choses, en faire des choses, en détruire des choses. Des choses et d'autres. Les autres.
C'est pas évident d'ouvrir les vannes, de se laisser couler à pic dans le ciel, dans sa merde, dans ses envies.
C'est pas évident de savoir ce qu'on a dans le bide. Sans autopsie je vous prie.
Bref.
Demain je passerai par la même ruelle. Exactement les mêmes pas. Il fera jour je pense. Tu ne sera pas là. Je ne penserai pas à toi. J'essaierai.
J'aurai un sac sur le dos, une valise à la main. Trop chargée comme d'habitude.
Et puis si, je penserai. À toi et à tout les autres.

(le soleil se couche, là tout de suite, juste derrière ma fenêtre. C'est même pas kitsch, même pas trop vu et revu. Le soleil qui se couche ça fait toujours son petit effet.)

Bref.
On peut toujours pleurer si ça soulage. Dormir des fois c'est bien. Être inconséquents parce que le mot sonne bien à certaines heures. C'est mon avis, il compte pour du beurre.
Bref.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire